mercredi, janvier 11, 2006

Environs de Saint-Affrique, juillet 2005


Une croix de granit (ou presque) dans un décor de montagne.
Une femme - manifestement de "petite taille" - assise au pied de la croix.
Voilà une image romantique à souhait, presque médiévale avec son lot de mystère et d'étrangeté.
Seulement un détail fait tout basculer: la femme n'est pas entrain de méditer sur les beautés de la montagne, et encore moins sur un méchant sort à jeter sur ses ennemeis ; elle n'égrenne pas non plus un chapelet. Entre ses doigts, elle tient un téléphone cellulaire dont elle active le clavier.
Fini le romantisme, fini l'étrangeté ; même dans les lieux les plus reculés on trouve le moyen de communiquer avec le reste du monde sans recourir au surnaturel. Même ici le téléphone passe !

Certes cette photo n'est pas d'une beauté fracassante (elle aurait pu l'être avec un peu plus de talent ou de patience) ; mais elle apporte ce que je recherche : c'est du sens qui nous prend par surprise, comme si l'image elle-même parlait pour nous dire autre chose que ce que nous attendions.

Aucun commentaire: