mardi, janvier 24, 2006

Pointe de Penhir, Juillet 2005


Le pittoresque du personnage, son béret basque dans un paysage où on attendrait plutôt un bonnet de marin, son attitude appliquée pour prendre sa photo, tout le désignait pour devenir à son tour le sujet d’une photo.

Ce qui pose problème, c’est encore une fois le choix du cadrage. Fallait-il cadrer le modèle photographié par le personnage ? En le faisant, je crois qu’on perdait de l’intérêt, en mettant en image une scène bien banale (le sujet était apparemment le petit fils du photographe), qui détournait du pittoresque du monsieur, un français typique qu’on s’attend à voir dans la rue de son village avec sa baguette de pain sous le bras, ou à la table du bistrot en train de jouer aux dominos, et non dans ce paysage grandiose de la côte bretonne. D’où aussi le choix de ne pas cadrer serré sur le personnage central pour laisser de l’espace au paysage.

Aucun commentaire: