lundi, mars 03, 2008

Colonne Morris - Toulouse, février 2008


Voici encore une illustration de l’effet produit par le contraste entre l’image et le reflet. Mais ici, au lieu d’être ambigu, la démarcation entre les deux domaines est nette, non seulement parce qu’il ne sont pas du même lieu (à la différence du cliché proposé le 25 novembre), mais encore parce que le contraste des couleurs est total.

Voyez cette jeune femme : est-elle vivante - endormie - ou est-elle morte - sorte d’Ophélie noyée dans la rivière ? Est-elle un fantôme, ou bien le décor monumental qui apparaît en surimpression est-il une image dans son rêve ?

Aucun commentaire: